Lundi…

Le jour se lève difficilement car le ciel est chargé de nuages menaçants. Je tourne déjà sur le circuit et toujours pas d’affichage du kilométrage de chacun. On apprend que c’est le câble reliant les tapis de contrôle au serveur qui est défaillant, et une société « spécialiste » va se déplacer pour mettre fin à la panne, enfin !!

Dans l’après-midi, miracle, ça fonctionne, mais mon score est mauvais et l’envie de passer la barre des 700 kilomètres s’éloigne un peu plus, mais je continue à tourner. Et la pluie et le vent s’invitent sur le circuit, faut se couvrir. A la surprise générale le feu d’artifice à l’occasion de la fête nationale monégasque est tiré depuis la digue du port !! A la fin de ce joli feu, la pluie cesse, enfin, mais le vent se lève, double de violence et se transforme en tempête, et l’organisation est contrainte d’arrêter la course car des structures s’envolent et l’abri servant aux bateaux-bus du port s’est écroulé sur des véhicules en stationnement. Il est presque 22 heures et la police fait évacuer les personnes se trouvant sur le « village course » pour nous rassembler dans un lieu sûr. A 23 heures, nous regagnons nos « logements » et je m’endors assez rapidement, bercé par le vent qui secoue le camping-car. A 06 heures 50, la voix de Philippe Verdier annonçant la reprise de la course me réveille. Je me lève donc, déjeune, et reprend la course. Ces quelques heures de repos ont été bénéfiques, mais le compteur n’a pas bougé, tant pis, je vais réduire mes prochaines nuits…

Laisser un commentaire

IMPORTANT!
Quelle est la solution pour : 6 + 10 ?
Please leave these two fields as-is: